Le mot du curé: La mission de salut de l’Eglise

Le salut que le Christ a apporté à tous les hommes, doit encore leur être communiqué par l’intermédiaire de l’église. C’est ce qu’affirment très nettement les auteurs du Nouveau Testament et le Christ lui-même. Jésus le déclare avec autant de solennité que de clarté au moment de retourner à son Père. Notons qu’à ce moment il est arrivé au point culminant de l’œuvre de salut que le Père lui avait confiée. Il avait offert sur la croix son sacrifice rédempteur pour le salut de tous les hommes. Il les avait ensevelis avec Lui dans sa mort pour les faire renaître avec Lui à une vie nouvelle par sa résurrection (cf. Rom. 6, 4-5). L’œuvre du salut des hommes accomplie par Lui au nom de son Père pouvait sembler arrivée à son terme.

Mais il n’en était pas ainsi. Et Jésus le dit d’une façon explicite et très claire à ses apôtres. Ce salut qu’il a mérité aux hommes, c’est à eux désormais de leur communiquer. Relisons Marc et Matthieu (Marc 16, 15-16 et Matth. 28, 16-20). Dans ces deux textes qui nous rapportent ses paroles, Jésus déclare que c’est au nom de la mission et du pouvoir qu’il a reçus de son Père qu’il entend parler, car il s’agit précisément de continuer avec Lui l’œuvre que Celui-ci lui a confiée. Il prescrit aux apôtres d’aller dans le monde entier, dans toutes les nations proclamer l’Evangile. La Bonne nouvelle du salut, à tous les hommes, pour que tous deviennent ses disciples par la foi et le baptême. Il insiste sur la nécessité de cette prédication de la part des apôtres et de la foi et du baptême de la part de tous ceux vers lesquels il les envoie. « Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé, celui qui ne croira pas sera condamné ». C’est donc le Christ lui-même qui, suivant le dessein de son Père, a établi un lien très étroit entre la prédication, la foi,le baptême et le salut. Ce lien est si étroit que la foi et le baptême, et la prédication qui doit les précéder, sont pour les hommes des conditions de salut.

Ce lien entre la mission de l’Eglise de prêcher l’Evangile et le salut de ceux vers lesquels elle est envoyée est affirmé aussi en d’autres textes du Nouveau Testament qui affirment la nécessité de croire au Christ et à son Evangile pour être sauvé. Citons par exemple celui de saint Jean : « Dieu adonné son Fils unique pour que tout homme qui croit en Lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle… Qui croit en Lui n’est pas condamné, qui ne croit pas est déjà condamné, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu »(Jean, 3, 16-18).

P. Nicolas Tshijika

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s